Aura Mirabilis

14 avril 2017

Beauté | Collaborations | Home | Looks

TIP: Cliquez sur une image pour l'afficher en entier (version responsive). Vous pouvez ensuite faire défiler les photos avec les touches ← et → du clavier ou en cliquant sur les flèches apparaissant au survol de l'image.

Bienvenue dans l’univers de Roger & Gallet et de l’Aura Mirabilis que j’ai eu le plaisir de découvrir récemment, je vous emmène y faire tour !

L’histoire de Roger & Gallet remonte très loin, car il s’agit de l’une des plus anciennes maisons de parfumerie française. A l’origine, la société a été fondée en 1862 par deux beaux-frères, Charles Armand Roger et Charles Martial Gallet, qui ont par le biais de leurs épouses hérité de formules créées pour les têtes couronnées d’Europe par Jean-Marie Joseph Farina. Ce parfumeur italien qui était l’arrière-petit neveu de l’inventeur de l’Eau de Cologne, et qui a inspiré Balzac pour son César Birotteau, fut le premier à commercialiser cette recette d’apothicaire au grand public (sous une formulation différente toutefois), établissant ainsi sa renommée ainsi que celle de sa lotion miracle, qui par ailleurs existe toujours dans le catalogue de Roger & Gallet ! Comme son ancêtre, Farina était alors le fournisseur officiel des empereurs et impératrices, en particulier Napoléon pour qui il imagina un flacon unique d’Eau de Cologne, destiné à être glissé dans une botte…Cette tradition de prestige sera perdurée par la maison Roger & Gallet, dont les flacons ouvragés se retrouveront très vite sur les coiffeuses de la Reine Victoria ou de l’Impératrice Eugénie, faisant ainsi rayonner l’aura de la marque dans le monde, tel un symbole du savoir-faire et de l’élégance française. Au temps des bouleversements industriels, l’entreprise fit figure de chef de file dans le domaine de l’innovation cosmétique en créant tout à tour le premier savon rond parfumé, le premier savon liquide, at surtout le premier rouge à lèvres moderne (dès 1884), qui se débarassa de son pot pour apparaitre sous la forme que l’on connait de nos jours. Une ambition alliée à une technologie de pointe qui vaudront à la marque de nombreuses médailles d’or dans les expositions universelles de la Belle Epoque, et bien entendu un succès international. Si aujourd’hui le maquillage a disparu des  stands coquets de Roger & Gallet, les savons et parfums n’ont en France comme à l’étranger rien perdu de leur aura, et c’est d’ailleurs par le biais de mes amies japonaises ou américaines que j’ai pu redécouvrir la marque !

Ce lien entre tradition et innovation est le point fort de la marque, et trouve son accomplissement le plus absolu avec la gamme Aura Mirabilis lancée en 2016, qui se présente comme digne héritière de la fameuse Aqua Mirabilis, alias « l’eau admirable », repensée pour les impératrices modernes que nous sommes ! Avant de nous pencher sur cette ligne, revenons un peu en arrière afin d’en retracer les origines. Tout commence avec Jean Marie Farina (ancêtre de Jean Marie Joseph Farina dont Roget & Gallet commercialisèrent les formules, vous suivez ?) qui fut dès 1708 l’inventeur de cette eau distillée à partir de dizaines d’essences de plantes, nommée en hommage à la ville qui fut le théâtre de son ambition : Cologne. D’autres penchent plutôt pour Jean-Paul Féminis, qui aurait pu en confier le secret à Farina, quoi qu’il en soit l’Aqua Mirabilis fut brevetée en 1727 par la faculté de médecine de Cologne. Il faut savoir qu’à l’époque l’Europe entre dans une ère d’hygiène, à l’orée des Lumières souffle un vent de fraicheur nouvelle, et contrairement au siècle passé où seul le linge immaculé signifiait la propreté, l’eau n’est désormais plus suspectée mais utilisée dans la toilette quotidienne. Puisque le corps régulièrement lavé n’est plus source d’odeurs nauséabondes, il est donc inutile de le parfumer lourdement comme au siècle de Louis XIV, et c’est ainsi que les parfums légers et toniques font leur apparition. Mais l’Eau de Cologne est alors un objet de luxe, d’ailleurs à la cour de Versailles, la reine du rococo Marie-Antoinette en est friande ! Il faut attendre le XIXème siècle pour que son usage se démocratise, lorsque la maison Roger & Gallet hérite des brevets de Farina, le second du nom. Bien que ce descendant du créateur original de l’Eau de Cologne en ait proposé une version légèrement différente, Roger & Gallet lança en 1875 « l’aqua mirabilis extra-vieille », dont la formule se plaçait en descendance directe de la lotion créée et brevetée par Farina à Cologne. Ainsi, l’Aqua Mirabilis et l’Eau de Cologne ne sont qu’une, et font partie intégrante du patrimoine de Roger & Gallet !

Difficile de trouver étiquettes plus ouvragées, quelles merveilles ! J’ai adoré feuilleter ce précieux livre d’archives de la maison, qui m’a permis de mieux comprendre l’héritage graphique de la marque, que l’on retrouve encore aujourd’hui sur les produits, en particulier sur les iconiques boîtes de savons ronds. Cette préservation du patrimoine est l’une des raisons pour lesquelles je suis tant attachée à la marque; alors que partout abondent les packagings ultra minimalistes, j’aime à retrouver fleurs et dorures sur les flacons de Roger & Gallet, cette tradition très française qui fait le bonheur des amoureux des belles choses, et qui comme moi fondent devant un produit au design recherché. Aujourd’hui les lignes sont plus épurées, mais n’ont rien perdu ni de leur superbe, ni de ces couleurs vives qui me faisait rêver étant petite fille.

Après cette page d’histoire, je vous emmène dans l’univers imaginé par Roger & Gallet pour Aura Mirabilis et son égérie Elodie Frégé. Cette gamme que je vous présenterais en détail plus bas s’inspire des bienfaits de l’Aqua Mirabilis de Farina, et s’adresse non plus aux Marie-Antoinette et aux Joséphine de Beauharnais, mais aux femmes modernes. Pour le lancement des derniers produits de cette ligne, une vidéo chantée par Elodie avait été réalisée dans un bel appartement parisien, au sein duquel j’ai été conviée afin de prendre quelques photographies. Pour la petite histoire, je m’étais déjà rendue dans ce lieu un an auparavant pour un tournage, mais la transformation effectuée depuis a été si forte que je ne l’ai presque pas reconnu ! Quel décor de rêve, entre un boudoir de la Belle Epoque, un laboratoire d’apothicaire et un salon lumineux du petit Trianon. Une harmonie de tons gris, framboise et dorés qui n’est pas sans rappeler les couleurs que l’on retrouve sur les packagings de la marque…L’ensemble m’a absolument bluffée, c’était une vision des plus féériques et entre nous, j’en aurais bien fait mon appartement !

Pour retrouver la vidéo, c’est par ici : http://www.roger-gallet.com/fr-fr/Le-soin-Aura-Mirabilis/r373.aspx

Au fond de ce cabinet enchanteur, un pan de verdure était là pour rappeler les 18 elixirs de plantes nécessaires à la composition de l’Aura Mirabilis.

Merveilleux sens du détail !

Je vous inonde de photos car j’étais en véritable extase esthétique. Le travail de décoration est remarquable, aussi raffiné qu’authentique, d’ailleurs de véritables produits de beauté issus des archives de la maison avaient été disposés ça et là.

Flacons anciens et burettes de distillation font penser aux laboratoires d’apothicaires.

Après une telle introduction, il est désormais temps de parler des produits ! Commençons par mon premier coup de coeur chez Roger & Gallet, ces crèmes pour les mains que j’avais découvertes il y a quelques années grâce à la compagne de mon père, et dont je ne me sépare que très rarement depuis. Tous les ingrédients de la formule Roger & Gallet sont réunis : packaging coloré et raffiné, fragrance entêtante, et efficacité parfaite puisque cette crème est d’une richesse à se damner…Une hydratation nourrissante à effet satiné que l’on retrouve d’ailleurs en formule plus light dans le Lait des Bienfaits. Ces petits formats sont en vente dans la plupart des pharmacies et ce sont vraiment des indispensables !

Je vous présente la gamme Aura Mirabilis, digne héritière de l’Aqua Mirabilis des cours royales, dont la composition est à 99% naturelle ! Première ligne pour le visage de Roger & Gallet, elle affiche un packaging qui se veut moderne tout en étant raffiné, avec des lettrages dorés qui rappellent l’héritage de la maison. D’ailleurs comme vous pouvez le voir, ces produits vont parfaitement avec les parfums anciens disposés sur ma coiffeuse ! On a beau dire « qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse », le design des produits est très important pour moi, j’aime qu’il s’inscrive dans une continuité esthétique avec l’univers de la marque, et pour le coup, c’est très réussi avec cette ligne !

-Soin phare de l’Aura Mirabilis, le sérum Double-Extrait évoque les distillats d’apothicaires avec son stilligoute qui reprend celui breveté en 1879 par Roger & Gallet, devenu ici le « Distill’Dose », un système original qui permet -après avoir secoué le flacon- de déposer au creux de la main la dose parfaite de sérum. Autre innovation, sa texture bi-phasée (entre eau et huile) qui offre plus de fluidité lors de l’application et permet une pénétration plus efficace du produit. Ce soin hyper concentré a pour vocation de réguler le grain de peau et d’atténuer les imperfections, grâce à une incroyable association de plantes médicinales et officinales : santal, lavandin, géranium, orange douce, néroli, citronnelle, zeste de citron, lavande, thym, mandarine verte, rose de damas, magnolia, palmarosa, bergamotte, romarin, verveine. Avec un tel cocktail, difficile de faire plus efficace et plus naturel !

-Composé du même distillat de plantes utilisé depuis le 17ème siècle comme remède pour la préservation du teint, le Vinaigre de Beauté s’inspire de cette recette ancestrale pour la remettre au goût du jour dans une version tout aussi naturelle, en y ajoutant notamment du vinaigre de pomme, source de polyphénols qui vont aller boostent ses propriétés antioxydantes. J’utilise cette lotion tonique après le démaquillage afin de purifier ma peau et de la débarrasser de ses dernières impuretés, soit en l’appliquant avec un coton, soit en grand splash sur le visage pour rafraichir et réveiller ma peau. Bien que sa formule soit inspirée des vinaigres de toilettes fortement alcoolisés du XVIIIème siècle, cette version 2.0 est beaucoup plus légère, il s’agit de nettoyer et purifier en douceur, non d’agresser. Comme je vis dans un environnement très pollué, il est très important pour moi de bien préserver ma peau des impuretés que j’accumule au quotidien, aussi c’est un produit dont je fais bon usage chaque jour !

-Pour préparer ma peau aux soins, j’utilise le dernier né de la gamme Aura Mirabilis, le Fluide Légendaire. On peut l’utiliser après le sérum, mais personnellement je préfère l’appliquer comme étape intermédiaire entre la lotion et le sérum dans mon rituel de layering, à la manière d’une émulsion qui va hydrater et préparer ma peau à recevoir les bienfaits des soins appliqués après. Ici la texture est hyper agréable, fluide et non collante, légèrement parfumée car enrichie à l’hydrolat de rose de Damas, connue pour ses propriétés régénérantes et astringentes.

-Pardonnez-moi de vous parler des produits en suivant le sens de la photo (de gauche à droite) et non la logique du rituel de soin, aussi pour moins de confusion, je me permets de vous le rappeler : nettoyage avec le Masque Démaquillant puis le Vinaigre de Beauté, préparation avec le Fluide Légendaire, soin avec le sérum Double-Extrait, suivi de la Crème Légendaire ou du Baume Légendaire, dont nous allons parler ici. Autre nouveauté de la ligne, ce produit ultra nourrissant composé à partir des même extraits de plantes médicinales s’inspire de la recette du Cérat de Galien, une pommade faite de cire et d’huile que l’ont utilisait dans l’antiquité pour apaiser, hydrater et nourrir en profondeur la peau. C’est un produit qui sera utilisé en soin ou en masque l’hiver, mais aussi dès que la peau tiraille ou se fatigue, ce qui arrive assez souvent dans les grandes villes polluées. De plus, je suis friande de son parfum de rose, composante essentielle du Cérat de Gallien dont l’importance est rappelle par la forme de rose éclose donnée à la crème lorsqu’on l’ouvre pour la première fois ! Joli sens du détail…Alternative au Baume, la Crème Légendaire dont la texture mi-gel mi-crème est incroyablement fondante et légère, à utiliser matin et soir après le sérum.

-Mon grand favori dans la gamme Aura Mirabilis, le Masque Démaquillant 2 en 1, dont la formule est super innovante puisqu’il s’agit d’une texture solide qui se casse en huile une fois sur la peau, et que je n’ai jusqu’ici vu que chez marques coréennes, excepté qu’il s’agit chez Roger & Gallet d’une version à 99% naturelle, ce qui est bien mieux ! L’utilisation est hyper simple, il suffit après application de masser le produit sur la peau jusqu’à ce que la texture se transforme en huile, puis de rincer abondamment afin de nettoyer la peau en profondeur. On peut aussi l’utiliser en masque detox en le faisant poser quelques minutes avant de rincer à l’eau. Personnellement je n’envisage plus depuis quelques années de me démaquiller avec autre chose que de l’huile, tant je suis convaincue de ses bienfaits pour la peau, d’une part car masser l’épiderme permet d’activer la micro-circulation, et d’autre part car sa texture fluide apaise et nourrit la peau au lieu de l’irriter, tout en étant diablement efficace pour enlever le maquillage !

***

From Paris with Love,

Louise


2 commentaires



  1. Marie dit :

    Très belle présentation. Un univers qui fait rêver.

  2. Bihannic sylvie dit :

    Bonjour, j’ai lu l’article avec beaucoup d’intérêts. Est- il possible d’avoir des échantillons pour tester vos produits ?
    Cordialement
    SylvieB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to top