Chez Anna Rivka

14 février 2019

Life | Looks | Paris

TIP: Cliquez sur une image pour l'afficher en entier (version responsive). Vous pouvez ensuite faire défiler les photos avec les touches ← et → du clavier ou en cliquant sur les flèches apparaissant au survol de l'image.

Pictures by Pauline Darley

Top : Shiatzy Chen / Skirt : Zara / Earrings : Anna Rivka / Boots : Jonak / Bag : Polène Paris

Pour le premier portrait de ma nouvelle colonne dans Marie-Claire Japon, j’ai immédiatement pensé à Rivka, la créatrice de la marque de joaillerie Anna Rivka, car il y a bien des années que je suis avec grand intérêt son travail, et je me suis donc rendue à sa boutique de la rue de Richelieu, non loin du Palais-Royal, afin d’en savoir un peu plus sur sa carrière. Comme beaucoup d’apprentis bijoutiers-joailliers, Rivka a passé une formation dans l’école de la Rue du Louvre, où elle s’est dirigée aussitôt après son bac, cette vocation l’ayant animée très jeune. Peut-être cet atavisme lui est-il venu du milieu dans lequel elle a baigné dès sa petite enfance, ses parents étant tous deux bijoutiers antiquaires et collectionneurs, ainsi on peut dire que l’amour du bijou ancien fait partie d’elle depuis toujours. Au cours de ses années d’apprentissage, elle perfectionna son savoir en travaillant pendant trois ans comme aspirant compagnon auprès d’un joailler parisien, ce qui lui permis de se perfectionner dans diverses techniques. Mais, curieuse et passionnée, Rivka semblait déjà se diriger vers la création plutôt que l’exécution, et c’est en 2006 qu’elle ouvrit sa première boutique à Paris, dans le 9eme arrondissement, puis dans le Marais, avant de s’établir au Palais-Royal en 2014, le quartier l’ayant toujours attirée de par sa dimension historique et culturelle.

C’est dans cet écrin blanc et or qu’elle travaille tous les jours aux cotés de son bras-droit Maï (qui s’occupe également des clients japonais!), à imaginer, concevoir, et vendre ses bijoux au raffinement exquis, et que l’on retrouve au cou de célébrités telles que Léa Seydoux ou Vanessa Paradis. Leur production, restreinte et intimiste -on peut néanmoins commander depuis le monde entier- est plus que française, elle est même intrinsèquement parisienne. Et si la production est parisienne, ses inspirations elles, voyagent, souvent jusqu’aux rives de l’orientalisme, et sont empreintes d’une richesse de contrastes, qui mélangent noir et blanc, déco et nouveau, fleurs et géométrie, ces derniers étant «comme (ses) gammes, c’est ce solfège (qu’elle a) choisi d’explorer». On peut dire qu’à l’image des mouvements Art Déco et Nouveau qui l’inspirent pour ses motifs, ses créations s’inscrivent dans une logique de continuité, d’oeuvre d’art totale, car tout est pensé de A à Z. Et justement, à l’heure où le minimalisme fait rage, Rivka apparaît comme une garante de l’a-temporalité, elle dont les «bijoux tendent à éterniser la beauté fugace du quotidien» , et c’est justement ce que viennent y chercher ses clients, amoureux comme elle du beau et de l’unique.

***

From Paris with Love,

Louise


5 commentaires



  1. Marion dit :

    Très jolie, on retrouve un peu du style que tu avais il y a quelques années.

  2. Je trouve que c’est vraiment une super idée pour ta première colonne !
    Bel article!
    Bises

    Justine
    http://lemagdejustine.com

  3. I love your outfit! Such an inspiring thing!

Répondre à Ekscentryczny Blog Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to top