Colorama

21 novembre 2017

Fashion | Life | Looks | Paris

TIP: Cliquez sur une image pour l'afficher en entier (version responsive). Vous pouvez ensuite faire défiler les photos avec les touches ← et → du clavier ou en cliquant sur les flèches apparaissant au survol de l'image.

Pictures by Valentine Michel

Je ne vais pas vous mentir, ces dernières semaines ont été vraiment pourries, et sans rentrer dans les détails (mon habituelle pudeur), il y a toutefois une chose toute simple qui m’a fait me sentir un tantinet humaine durant cette période : m’habiller et me maquiller. Là où toutes les choses qui me font habituellement plaisir m’ont semblé obscènes, c’est à dire manger, boire des coups ou être énamourée, seul l’art de l’apparat m’est apparu comme un réconfort et même une nécessité; d’ailleurs, j’ai remarqué que je n’étais pas la seule parmi notre petit groupe d’amis. Alors, je crois que la couleur est thérapeutique, et cela rejoint ma grande passion avortée pour la peinture à l’huile, que je pratiquais quand j’étais petite et que je n’ai malheureusement plus le temps ni l’occasion d’explorer depuis. Le maquillage est donc pour moi un moyen détourné de répondre à cet appel du pigment qui me taraude, et je m’y consacre avec la même patience et la même concentration que lorsque je recopiais des natures mortes avec mes petits pinceaux, enivrée par la puissante odeur de térébenthine qui régissait la pièce. C’est simple, durant ce moment, plus rien n’existe aux alentours hormis ma palette et mes pinceaux, et bien sûr les podcasts que j’écoute en masse pour me cultiver. J’aime profondément que le maquillage soit aussi à la mode, car bien que je n’ai évidemment aucun problème avec l’idée de devoir affronter le regard des passants, je suis tout de même confortée de voir que l’utilisation de pigments vifs et inhabituels se démocratise autant ! Il y a quelques années, seuls de rares excentriques osaient sortir avec du rouge à lèvres bleu, et aujourd’hui grâce à Instagram, on peut dire qu’ils sont un peu plus nombreux…Je suis aussi profondément enthousiaste de voir comme cette mode renverse certains codes de la beauté féminine, comme le fait de se maquiller pour plaire aux hommes, ainsi il suffit de se promener sur les comptes des nombreuses beautystas qui tapissent le web pour comprendre qu’elles s’amusent pour leur propre plaisir (ainsi que celui de leurs abonnés), et n’ont strictement rien à faire du regard masculin. De même, vous savez comme je suis une partisane passionnée de la beauté fabriquée, complètement à rebours du fameux diktat qui nous enseigne que les hommes préfèrent les femmes naturelles, aussi quel bonheur de voir cette célébration de la créativité et de l’artifice ! Parce que soyons honnêtes, et même vulgaires : être naturelle, mignonne, accessible, qu’est ce qu’on en a a foutre franchement ?

Dress : Sister Jane / Coat : Suncoo / Bag : Alice + Olivia / Shoes : Kurt Geiger / Hat : Asos

***

From Paris with Love !

Louise


4 commentaires



  1. Elofancy dit :

    Magnifique ! Je suis amoureuse de la robe téléphone *-*

  2. Auriane dit :

    Bonjour Louise,

    Tes photos sont vraiment splendides !

    Quel appareil photo utilises-tu ? car j’aimerais changer le miens :)

    Bonne journée

    Auriane

Répondre à Louise Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to top