Frou-Frou

24 octobre 2017

Fashion | Life | Looks | Paris

TIP: Cliquez sur une image pour l'afficher en entier (version responsive). Vous pouvez ensuite faire défiler les photos avec les touches ← et → du clavier ou en cliquant sur les flèches apparaissant au survol de l'image.

Pictures by Audrey Marchand

Avant de vous reparler de ma progression toute relative en danse classique, j’avais quelques mots à vous dire au sujet d’une autre activité qui me passionne : le chant ! Pendant de longues années, j’ai pensé que je chantais très mal, car lorsque je chantonnais devant mes amoureux, je le faisais généralement avec beaucoup hésitations car eux-même étaient chanteurs, et je ne me sentais pas de taille…Aussi m’étais je mise dans la tête que ça n’était pas pour moi, que j’étais une casserole. Pourtant, lorsque j’étais petite, j’adorais chanter à la chorale au collège et la prof m’aimait beaucoup; plus tard, lorsque toute jeune fille, je vivais de folles nuits dans mon petit nid parisien, il m’arrivait souvent de mettre la grande patronne des filles perdues -Edith Piaf, qui d’autre- et de fredonner par dessus. C’était même très agréable de suivre ces notes, ces modulations.

Et puis cet été, lorsque nous sommes parties en Champagne avec mes amies, qui sont toutes deux de très bonnes chanteuses, j’ai osé cette fois pousser la chansonnette par dessus quelques morceaux, et leurs encouragements m’ont fait réfléchir quand à cette prétendue nullité que j’avais pourtant fini par accepter. Et si, au final, ma voix n’était pas si atroce que ça ? Alors, puisque cette année j’ai décidé de vraiment faire les choses plutôt que de toujours renvoyer à « un jour… », j’ai rejoint Adeline dans ses cours de chant. Chaque semaine, j’ai donc deux heures de leçon, avec exercices de respiration, vocalises, apprentissage en groupe d’un morceau, puis chacun fait son tour de chant devant les autres. Il n’y a ici nul jugement, au contraire, et contrairement à la danse classique, je trouve même que les élèves s’encouragent beaucoup entre eux, c’est très chaleureux. Lorsque ce fut mon tour de chanter, je n’avais rien préparé, aussi me suis-je souvenue d’une chanson que j’avais pris grand plaisir à chanter avec ma famille l’été en Normandie : Frou-Frou de Berthe Sylva, un classique 1900. Je crois que c’est ça le plus important dans le chant, ce qui aide probablement à déterminer sa voix, c’est la dose de volupté qu’on prend à entonner certaines notes, et le refrain de Frou-Frou, lent et aigu, est pour moi un bonheur total. La prof m’a encouragé à faire des tas de chansons de cette époque, car la plupart sont hilarantes, que ce soit au premier ou au second degré. Ce qui est drôle après le cour, c’est que la voix est libérée et épanouie, même en parlant, aussi m’arrive-t’il de monter soudainement dans les octaves dans le feu d’une la conversation, c’est très diva, j’adore. Mais le plus gros problème lorsque l’on commence à chanter, c’est surtout qu’il est si difficile de s’arrêter !

Dress : Hearts and Found / Shoes : KG / Bag : Etsy

Dress : Hearts and Found / Shoes : Viscata / Trench : Comptoir des Cotonniers

***

From Paris with Love,

Louise


2 commentaires



  1. Sarah dit :

    Coucou,

    Tu es canon !

    Sarah, http://www.sarahmodeee.fr

  2. Fanny M dit :

    Trop trop mignonne! Dit avec tendresse!

    Dis moi d’où vient ce joli pin’s de mademoiselle la tour?
    Je le trouve magnifique!

Répondre à Sarah Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to top