La Parisienne : 1900

10 août 2013

Pandora | Shootings | Textes | XIXème


Pictures, texts and design by Adeline Rapon

Fleur des fortifs aux chouettes gibernes, j’traine mes jupons crasseux dans les cancans du bal Montmartre, m’frotte aux gaillards canailles d’la Bastille, et m’rapièce les coudes sur les zinc salingues avec les bockeurs des beuglants du boul’ mich’. Pour pas claquer du bec j’pose pour des peintres fauchés du coté d’la butte, sont bien gentils, y’en a même qui m’tirent l’portrait pour des réclames d’babillards. Mazette ! C’est plus chique que baquet à deux pattes ! Et quand j’suis raclée comme un rat d’église, j’flanque mes plus belles frusques sur mes bottines crottées, mon attirail de guerre comme j’le dis, et j’fais mon beurre en m’faisant r’licher par des chicards dorés sur tranche, qui s’toquent de ma binette de cabotine. La gouaille en bannière, j’leur donne une sacré leçon de noce, y m’graissent la pince et j’m’en mets plein la bourre jusque derrière l’coude !

Les jours d’fortune, y’en a même qui m’emmènent licher dans les beaux quartiers, ça m’change des gargots d’la goutte d’or, des tripots rances et poisseux où y’a mes nippes qui s’mettent en collage avec la table. Faut bien turbiner pour mettre du foin dans ses bottes et les vieux cochons j’les fait casquer, sauf si m’tamponnent la gueule, là faut pas être raide. L’au’t jour v’la t’y pas qu’y a un qui veut s’payer une tranche, et qui s’prend d’vouloir m’ramoner l’giron si voyez c’que j’veux dire, j’lui ai jambonné l’blair à c’te mufe! Moi j’suis pas rosse, j’fais pas des histoires, mais celui qui m’cherche des crasses j’lui dérouille un va-te-laver droit dans la caboche ! M’en cogne des zigues de boulevards, j’me cochonne avec tant qu’après j’peux m’rincer la dalle et gambiller jusqu’à l’aube, au bal Mabille j’tortille du cul à m’en dilater la rate ! Pas comme ces roulures d’barrières, ces pierreuses qui s’donnent des grands airs sous leur tronches de crève-la-faim, et vont frétiller d’vant ces raidards pour pas un liard. Moi j’chahute à toute berzingue dans les musettes des fortifs, et c’est pas demain qu’on m’verra baiser la camarde !

(As I’m using only 1900’s argotic expressions, it’s really untranstlatable ! Sorry my dear english readers :(  )

****

Pour ce qui est du nom Baignères, c’est une petite boutade d’Adeline, car c’est le nom de Thomas. S’ils n’étaient artisans miroitiers, les Baignères ont à mes yeux une histoire passionnante…Thomas ne m’a jamais rien raconté à propos de ses ancêtres, je pense qu’il s’en fout royalement, mais c’est ma tante, grande fan de Proust devant l’éternel, qui a tout de suite tilté sur le nom Baignères. Vous connaissez ma passion pour le XIXème, et je n’ai hélas pas grand chose à me mettre sur la dent du coté de ma famille (nos faits d’armes sont plus XVIIIème !), aussi je me suis tout de suite plongée dans quelques recherches… J’ai donc appris que les Baignères tenaient salon dans leur villa à Trouville, où Proust se rendaient régulièrement. C’est là que Jacques-Emile Blanche fit l’esquisse de son célèbre portrait de Proust (il a peint aussi Louise et Paul Baignères, pour ceux qui ont vu l’expo Au temps de Proust). Plus tard, il en fit l’un des modèles pour la famille Swann (Baignères > se baigner > to swim > swam > Swann). Au gré de mes recherches, j’ai aussi rencontré la mondaine Laure (A un salon on lui demande ce qu’elle pense de l’adultère, elle répond « je ne m’étais préparée que pour l’inceste ! »); le peintre Paul, « l’homme en rouge » d’Evenepoel au musée des Beaux-Arts de Bruxelles; et le coureur Henri dans les archives de la police des mœurs : le mufle se serait montré un peu trop empressant et cavalier avec la courtisane Caracciolo, celle-ci alla tout révéler à sa femme et menaça de le trainer en justice. Malgré ces désagréments, la note précise qu’il « continue plus que jamais à courir les femmes. »

As for the Baignères name on the picture, it’s a joke from Adeline, because it’s my boyfriend’s name. They were no mirror makers, but to me the story of this family is fascinating…Thomas never told me about his ancestors, I think he doesn’t really care, but it’s my aunt, the biggest Marcel Proust fan, that instantely clicked when hearing that name. You know my love for XIXth century, and since I don’t have much to get my teeth into on my family’s side (we were more XVIIIth century !), I went digging into the past to find more about them..I discovered that the Baignères had a salon in their Trouville villa, where Proust would be a regular guest. There, Jacques-Emile Blanche drew the sketch of his famous portrait of Proust (he also painted Louise and Paul Baignères). Years latre, they were the model for the Swann family (Baignères >se baigner > to swim > swam > Swann). I also found Laure (In a salon, someone asked her about adultery, and she answered « I only prepared for incest ! »); the painter Paul, Evenepoel « man in red » in the museum of Fine Arts in Bruxelles; and met Henri in the archives of parisian vice squad : after being a bit too hurried and rude to the courtesan Caracciolo, she revealed everything to his wife, and threatened to sue him in court. Despite these troubles, the paper specifies that « he’s now chasing women more than ever ».

2 copie2000

Top movies about 1900’s / Top des films sur 1900

film-casque-d-or19

Casque d’Or.

moulin-rouge

Moulin Rouge

18062-b-lautrec

Lautrec

4e540da9

French Cancan

cheri13

Chéri


24 commentaires



  1. exilda dit :

    Haha ! « j’tortille du cul à m’en dilater la rate » -> Je note ;)
    Je pensais que Swann venait de Swan : cygne ! Encore un article intéressant, merci !

  2. Gérard dit :

    Génial.

  3. Poppy dit :

    Excelleeeent :D
    J’ai beaucoup ris ! Pas mal la référence à la Castafiore, je la trouve de circonstance :’)
    Juste une dernière chose : PLUS D’ARTICLES DE CE GENRE PLEEEEEASE o/

  4. Carolane dit :

    Ah j’aime le petit descriptif sur le nom de famille ^^
    Moi c’est simple…Proust…combien de fois on m’a fait le coup de la madeleine… :)

  5. Super belles images comme d’habitude!
    Je trouve ça très intéressant de pouvoir faire des recherches sur l’histoire de sa famille (ou celles des autres) malheureusement comme ma famille a émigré en Amérique du Sud on a un peu perdu les repères…

  6. P. dit :

    <3 J'ai ri, bon Dieu j'ai ri !

  7. KizzyDoll dit :

    This was marvellous..love getting to read of the history of all things. Superb work on the photos too, loved them :)) Great for my weekend readings. Have a lovely day dear Louise <3

  8. J’adore ! Je conseille de voir le film « Lautrec » qui d’un point de vue historique est top :*

  9. Ann dit :

    Je sais pas ce que j’aime le plus, le texte en argot ou les photos :) En tout cas trop bien cette série La Parisienne, j’espère que toutes les décennies y passeront (avant les années 1980 bien sûr…)

  10. Encore un chouette article.

    Amour, licornes et paillettes sur toi. <3

    Florian,
    http://www.like-enchanted.com

  11. Pierre dit :

    Très bon, j’adore le texte ! D’la jacquetance comme on n’en entend plus !

  12. Agnès dit :

    Tu es géniale !! <3

  13. kat dit :

    ENCORE! ENCORE! ENCOOOOOOOOOOOOOOOOOOORE!!!
    j’aime, j’adore, je veux te lire plus longtemps, alors vite vite, sors ton beau livre!!!!!!

  14. GaGoum dit :

    Ce texte… c’est pas inspiré de Kiki de Montparnasse?

  15. Delilah dit :

    beautiful!

    Delilah,
    dancinginmyawkwardarms.blogspot.com

  16. Anne-Lucie dit :

    Cet article est très intéressant. En tant que lectrice de Proust (j’écris mon mémoire dessus) doublée de mon origine normande, j’ai une autre version concernant le nom de Swann : j’ai une (vieille) amie, qui sortait avec un homme qui s’appelait Swann. Il était, puisqu’il est maintenant décédé, le petit-fils de gens que Proust fréquentait puisqu’ils se connaissaient de Trouville et d’Illiers (Combray), un jour Proust leur a demandé s’il pouvait utiliser leur nom pour l’un des personnages de son roman, ils ont évidemment dit oui, ce qui donna Charles Swann. Le prénom Charles vient du mondain Charles Haas, que tu dois connaître bien sûr. Évidemment, le nom de Baignères revient souvent dans le contexte des salons qu’il fréquentait et de ses connaissances, c’est indéniable, et la déclinaison que tu fais de la nomination est très intéressante et pertinente. Quoiqu’il en soit en ce qui concerne la réalité, ce n’est finalement pas prioritaire sur l’œuvre, les personnages sont tous composites et assez complexes, mais c’est très bien d’avoir connaissance de plusieurs « versions » des choses comme cela !
    En tous cas, très bons articles et très bonne plume ! Bravo.

  17. Denise dit :

    Simply beautiful.
    XOXO

    • Louise dit :

      Exilda : Celle-là c’était une invention ! Oh tu sais, les inspirations de Proust c’est un pot-pourri des tonnes de trucs !

      Gérard : Merci chat !

      Poppy : La référence à la Castafiore, ainsi que les légendes sur les deux photos ne sont pas de moi, mais d’Adeline :)
      Merci !!! Et il y en aura !!!!!

      Carolane : Oh quelle chance, c’est un merveilleux nom de famille ! Il faut en être fière !!

      Valentina Novo : Ah je te comprends, c’est pareil du coté de mon père, notre ancêtre est un orphelin fin XIXème avec le nom Ebel, c’est tout ce que l’on sait, impossible de retracer…Dommage car c’est passionnant la généalogie !

      P : Merciiiiiiiii, c’etait le but alors ça me fait TROP plaisir !

      KizzyDoll : Thank you love ! Have the most wonderful week, and lots of reading too, it’s the most perfect thing for summer, right ? Kisses !!

      Chloé by Night : Oui super !! Et très vivant !

      Ann : Merci beaucoup, j’ai adoré écrire ce texte, je riais toute seule ! Oui on va tout faire jusqu’au années 2000, faut juste qu’on y pense :D

      Like-enchanted : Merci très cher !

      Pierre : Ca me touche ! J’ai bien l’intention de relancer certaines expression, ça vaut toujours mieux que les bêtises nabillesques et autres swag..;)

      Agnès : Merci ma poulette !!! <3

      Kat : Raaah devant tant d'enthousiasme j'ai limite la larme à l'oeil !!! Hélas pour le livre il faudra d'abord l'éditeur héhéhé ;)

      Gagoum : Absolument pas, je n'ai jamais rien lu sur elle ! C'est une invention personnelle, en me basant bien sûr sur les stéréotypes de l'époque.

      Anne-Lucie : je suis entièrement d'accord, je me suis peut-être mal exprimée, mais je sais bien que Proust n'a pas une seule inspiration pour ses personnages. Comme je le dit plus haut c'est un pot-pourri de ses souvenirs, chaque personnage cache de multiples inspiration, et bien sûr, l'inspiration du personnage de Swann et Charles Haas. Les spécialistes de Proust doivent s'arracher les cheveux à tout retracer..
      Ton histoire est très intéressante, merci beaucoup !

      Delilah : Thank you !!

      Moon : Merciii !

      Denise : Thanks !

  18. Morgane dit :

    Je ne me lasserais jamais de lire ces articles enrichissants et très drôle !
    ENCORE (applause) ENCORE !
    Bisous

  19. Lae' dit :

    Salut Louise !
    Dis je sais pas si t’es au courant, mais y’a deux jours l’url de ton blog a servi d’hôte à une saleté de virus. Comme mon navigateur actualise les pages de mes topsites plusieurs fois par jours, je me suis retrouvée avec une dizaine de virus & trojan en tous genre avec comme source l’adresse de ton blog !
    Je suis en train de me débarasser de tout ça, mais je voulais juste te le faire savoir, des fois que d’autres personnes se soient retrouvées avec le même souci.
    Des bisous

  20. Chu dit :

    C’est très joli ta séance photo^^

    Je t’envoie un clip où j’aime bien la tenue de la jeune femme^^ Tu dois le connaître déjà ce clip^^

    http://www.youtube.com/watch?v=Y1yYh6F6Fl0

    ★Chu☆

  21. Camille dit :

    Fabuleux, très intéressant!

Ecrire votre commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. les champs requis sont marqués d'un *




Back to top