L’Atelier Blanc

26 octobre 2016

Beauté

TIP: Cliquez sur une image pour l'afficher en entier (version responsive). Vous pouvez ensuite faire défiler les photos avec les touches ← et → du clavier ou en cliquant sur les flèches apparaissant au survol de l'image.

Pictures Pauline Darley

Qu’on se le dise, ce n’est pas tous les jours que l’on a l’occasion de passer entre les mains d’un coloriste star. A vrai dire, ça n’arrive même jamais ! Mais parfois, la vie nous met sur le chemin d’un de ces magiciens du pigment, pour ma part grâce à une rencontre fortuite sans laquelle je n’aurais pas pu écrire cet article ! Ainsi, et par ce hasard du destin qui n’appartient qu’à moi, je me suis retrouvée un beau jour dans les salons de l‘Atelier Blanc, chez Frédéric Mennetrier le coloriste phare de l’Oréal Professionnel (avec lequel il travaille depuis près de quinze ans!). Vous le connaissez peut-être car son travail est très médiatisé, grand spécialiste du blond platine, on lui doit de nombreux changements de tête de célébrités, dont certain très radicaux comme Kim K en platine. Son Instagram est bardé de selfies avec tout ce que la planète mode compte d’égéries, aussi vous imaginez bien mon trac à l’idée de passer entre ses mains expertes, toute nobody que je suis !

Affichant « Curiosités et Coloration » sur sa devanture, le salon pose d’emblée sa particularité. Impossible de retenir un « wahou ! » en y pénétrant, tant cet espace immaculé suscite l’admiration : tout, du sol au plafond, objets compris, est recouvert d’une uniforme couche de blanc laiteux. Seul tranche, dans une grande pièce vitrée faisant penser à une cuisine, un mur de colorations aux tons exotiques. Mi-boudoir mi-laboratoire, entre rococo et minimalisme, la décoration place l’accent sur la fantaisie et l’expertise quasi clinique de notre maître coloriste. En me renseignant sur l’Atelier Blanc, j’ai découvert que l’espace avait été imaginé à quatre mains avec l’architecte intérieur Didier Blardat, mais bien qu’il soit le fruit d’une collaboration longuement réfléchie, j’ai aimé son petite coté DIY ; à droite à gauche des pièces toutes juste métamorphosées semblaient en attente d’être posées dans le décor, faisant de cet espace un lieu organique sans cesse en mutation.

atelierblanclieu05a_finalcmjn atelierblanclieu05b_finalcmjn-tif atelierblanclieu06_finalcmjn

Dans cette grande étendue de blanc, je faisais un peu tâche avec ma chevelure abimée au sein de laquelle de trop nombreux tons (rouge, blond, châtain) se battaient en duel, mais je n’ai pas cillé face au diagnostic d’expert de Frédéric et son assistant. Les minutes s’écoulent, ils délibèrent, quand à moi je m’en remets aux mains du maître : ce sera un brun tirant sur le roux doré, le tout réalisé avec des produits l’Oréal Professionnel. Dit comme ça, ça paraît banal, mais c’est qui fait toute la différence, c’est le travail minutieux apporté à cette coloration. Du début à la fin le travail sera pensé, réalisé et supervisé par Frédéric. Chaque mèche est pigmentée une par une, ce qui représente une somme de temps et de travail considérable ! Il faut avoir le temps, mais dans ces circonstances, le temps on le prend !

En premier lieu, mes cheveux ont été décolorés afin d’éliminer toute trace disgracieuse de rouge, chaque micro mèche étant délicatement enduite de produit puis enveloppée dans une sorte de feuille, ce qui me fit ressembler à un superbe origami digne des plus grands artistes japonais ! Durant le temps de pose, je ne voyais rien et j’ai même cru que ma voisine était Catherine Deneuve (vu la clientèle on ne sait jamais…). Ensuite, direction le bac pour un soin, qui sera appliqué entre chaque étape afin de protéger et nourrir le cheveux, puis coloration, rincage, et re-soin. Une fois les cheveux séchés, verdict de Frédéric : c’est trop terne, il faut plus de piquant. Re-colo, re-soin, re-séchage, tout le monde retient son souffle, Frédéric approuve ! Quand à moi, je me vois brune pour la première fois et j’adore, d’ailleurs je me demande pourquoi je n’ai pas essayé avant. Enfin brune, pas vraiment, car ce qui fait l’originalité de cette coloration, c’est qu’elle n’est pas bâtie sur un seul degré, selon les lumières et les gens, elle sera tantôt brune, tantôt acajou, mais avant tout les deux en même temps grâce à la magie du maître coloriste, et c’est ce qui me plait le plus ! Cerise sur le gâteau, à la fin j’ai même eu droit à mon selfie en illusion d’optique (allez voir son compte Insta pour comprendre) avec Frédéric. Dix minutes dans la vie d’une brunette et déjà je me la joue égérie l’Oréal…

atelierblanclieu01_finalcmjn atelierblanclieu02a_finalcmjn

Entretien

Question entretien, deux produits l’Oréal Professionnel que j’utilise depuis longtemps : la crème Smooth Essence pour protéger les pointes, j’en mets une noisette chaque soir avant de me coucher, et la géniale Mythic Oil dont je me sers sur cheveux mouillés après lavage, mais aussi en masque la nuit (par exemple la veille d’un shampoing), ou pour apporter un peu de brillance sur cheveux coiffés. Autre produit que j’utilise depuis des années, le Scruff Me de la gamme Wild Stylers, qui permet de donner un coté sauvage et déstructuré à mes cheveux lorsque je les boucle. C’est encore mieux le lendemain, quand les boucles sont presque tombées.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Comment réaliser ma coiffure sur ces photos

Comme vous avez été nombreuses à me demander comment je faisais mes coiffures crantées, voici un step by step en images, capturé sur un shooting (merci Sess!). Mes cheveux sont fins et raides, aussi ne vous attendez pas à une ondoyante chevelure digne de Rita Hayworth dans Gilda, on fait avec ce qu’on a ! Il s’agit d’une version rapide de la coiffure crantée, la plus facilement réalisable. Pour réaliser des styles vintage comme celui-là, je vous suggère d’acheter le merveilleux livre My Beauty Mark de Dita Von Teese, qui est la bible du genre et dans lequel j’ai trouvé une foule de conseils beauté, maquillage, coiffure…J’ai aussi adoré le tutorial youtube « Bettie Page hair » de Vintage Vandal.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Commencez par tracer une raie bien nette sur le coté qui vous ira le mieux, en brossant vos cheveux avec une brosse à poils si possible. Vous pouvez vous aider d’un peigne à queue pour mieux dessiner la raie.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Afin de protéger les cheveux avant le bouclage au fer (ou bigoudis chauffants), il est important d’utiliser un primer, c’est à dire une base protectrice, à vaporiser sur l’ensemble de la chevelure.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour le bouclage, on peut utiliser un fer, des bigoudis (sur cheveux mouillés) ainsi que des bigoudis chauffants. Les trois sont très biens pour ce genre de coiffure et offrent un résultat différent au niveau du volume et de la tenue. Ce jour-là je suis partie sur un bouclage au fer, car il était plus universel (j’imagine que tout le monde n’a pas de bigoudis chauffant à la maison!) et plus pratique à transporter, bien que ce soit la technique qui m’apporte le moins de volume. On commence par séparer les mèches du dessus de celles du dessous, en les fixant au sommet de la tête avec une pince. Les puristes préfèrent diviser la chevelure en trois segments (droite, gauche, arrière et sommet de la tête), moi je préfère m’en tenir au coté droit puis gauche, mais vous pouvez adapter comme bon vous semble. Une fois les mèches de dessous séparées de celles de dessus, commencez à les boucler vers l’extérieur, en faisant de grosses boucles comme des anglaises.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une fois le bouclage terminé, laquez. Ensuite, bouclez les mèches de dessus, cette fois vers l’intérieur, puis laquez.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ensuite, faites-en de même sur l’autre coté de la tête : mèches du dessous vers l’extérieur, mèches de dessus vers l’intérieur, laque. Laissez poser quelques minutes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Passons maintenant au brossage, qui je le répète sera beaucoup plus efficace avec une brosse ronde à poils car elle apporte un volume considérable. On commence par un coté de la tête, celui qui aurait été bouclé en premier, et on brosse (doucement!) jusqu’à ce que la chevelure se dispose toute seule en grandes vagues. Le coté de la raie sera brossé vers l’extérieur, en amenant la chevelure derrière l’oreille, tandis que l’autre coté sera plutôt brossé vers l’intérieur. Vous pouvez la faire tomber devant les yeux à la Veronica Lake, ou comme moi, boucler la frange et la brosser vers l’arrière pour dégager le front.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour ne pas risquer de perdre ces jolies vagues, on attrape des pinces plates et hop on fixe les ondulations (dans le creux de la vague). Si vous ne trouvez pas des pinces plates chez Monop au autres, essayez ebay, amazon, ou les magasins spécialisés comme Cyra Lido ou Paris Berlin. Ensuite, on laque laque laque ! Mais pas trop, attention à ne pas obtenir une chevelure crispée comme du bacon.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On fait la même chose de l’autre coté, et on laque. Ensuite on laisse poser, en faisant autre chose, le maquillage par exemple.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Puis, on enlève les pinces délicatement. Pour ma part, j’aime bien brosser très doucement après histoire de décrisper la chevelure parfois trop laquée, mais il faut faire attention à ne pas bousculer les vagues. Ensuite on re-laque un coup, et voilà ! Bon après moi j’ai zéro volume avec les cheveux fins, mais vous avez l’idée !

Produits utilisés :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

From Paris with Love,

Louise


11 commentaires



  1. Coline dit :

    Cette coiffure te va à merveille
    Tu es superbe !

    http://fashioneiric.blogpost.com

  2. valerie dit :

    Bonsoir

    Un petit hors sujet mais j’aime beaucoup ton pull ; de quelle marque est-il ?

  3. Your hair looks so amazing, I love it
    xo
    http://www.laurajaneatelier.com

  4. Isabelle dit :

    Merci Louise pour avoir pris le temps de nous proposer ce tuto hyper clair et inspirant!

    C’est vrai que cette coiffure te va particulièrement bien. J’avais adoré l’article lié à cette coiffure.

  5. Jacinthe dit :

    Ce lieu est extraordinaire… Et j’adore ta tenue! Le motif du short est sublime, on aimerait le voir mieux :)

  6. steeve o dit :

    Ca fait plaisir de voir tes photos, je ne connais pas beaucoup d’autre blogeuse mode aussi bien

  7. Pauline L dit :

    Bonjour Louise,
    Merci beaucoup pour toutes tes explications! Habituellement je réalisais ce type de coiffure sur cheveux mouillés, en suivant une technique bien laborieuse… persuadée que c’était sans doute la seule qui soit efficace avec les cheveux fins! Celle-ci dessus me paraît tellement plus simple, je vais tester au plus vite!

    Si tu en as l’occasion, je t’invite à farfouiller dans les archives des vidéos de Lisa Fremount Street; une chaîne YouTube tenue par Rachel,une américaine, qui livre toutes ses techniques coiffures, make up et produits vintage. J’adore regarder les gens se maquiller ou se faire maquiller et coiffer ( ça détend), c’est tjrs très instructif, inspirant et plein de charme.

    Au plaisir de lire tes prochains articles.

    Pauline

    • Louise dit :

      Ah tu faisais du pin set curls ? Moi je n’y suis jamais arrivée ! En fait la meilleure technique pour ls cheveux fins ce sont les bigoudis, mais quand on a pas le temps ni le reflexe de les laisser poser, le fer ça dépanne bien !
      Merci pour ton mot et tes conseils, je vais regarder ça !

Répondre à Louise Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to top