Le féminisme, la féminité et moi.

22 février 2019

Beauté | Life | Looks | Pandora | Textes

TIP: Cliquez sur une image pour l'afficher en entier (version responsive). Vous pouvez ensuite faire défiler les photos avec les touches ← et → du clavier ou en cliquant sur les flèches apparaissant au survol de l'image.

Pictures by Bulle de Mint

Dress : H&M x William Morris / Jewels : Anna Rivka / Boots : Jonak / Bag : Polène Paris / Coat : Boden

Many people have found ambiguous the fact that I am both a feminist, and a strong user of the cultural codes of feminity, that are often view as oppressive. Nevertheless, for me it’s not about obeying a social imperative, but about being coherent with an aesthetic that uses codes taken from the past to push them to the extreme, creating something almost agressive. This aesthetic is not genre related, men and women can be drawn to it, and about that, being a woman who gets inspired by men who are inspired by women, I feel close to the drag mouvement. While discussing this with my friend Lilith, she told me that this vision of coquetry as a submission to the male gaze is very heteronormative, and I couldn’t agree more. For me, its more like a performance, a sort of total artwork that is coherent with who I am and what I do. Nevertheless, this aesthetic doesn’t push me into controlling permanently my body, as I have always been very relaxed about this, being mostly interested into the character part.

Ma double casquette de féministe et de personne aimant à utiliser des codes qui sont culturellement associés à la féminité prête souvent à confusion, ces codes étant pour encore bien des femmes perçus ou vécus comme une oppression. Néanmoins, il ne s’agit pas pour moi d’obéir à un impératif social, mais d’être en accord avec un esthétisme, qui reprends les codes hérités du passé afin de les pousser à l’extrême, vers quelque chose de presque agressif. Cet esthétisme n’a pas de genre, hommes comme femmes sont libres de le rejoindre, et d’ailleurs, étant une femme qui s’inspire des hommes qui s’inspirent des femmes, je me sens proche du mouvement drag. En en discutant avec mon amie Lilith, celle-ci m’a dit que pour elle, l’idée que la coquetterie soit une soumission au regard masculin était totalement hétéronormée, et je suis on ne peut plus d’accord. Pour moi, c’est presque une performance, un truc de création totale qui est en cohérence avec mon univers.

***

A little less than ten years ago, I had chose for my memoire the subject of the female constrained body in the XIXth century, then moved on to the women being constrained in general at that era, wether its by society, law, art, medicine, ect…So, the history of beauty and « feminity », I literaly know it by heart, and that’s what made me explore these codes, that I divert from their original goal. In my Instagram post about this subject, @elsa_fabrega_art and @musa_de_lirio have said it perfectly, if a woman wants to wear a corset nowadays it’s her choice, because it doesnt have the same social obligations as it had a century ago. And believe me, and I think all the people who like me love to look like creatures, it’s not perceived as attractive, quite the contrary, it’s a great repeller ! As Dita Von Teese said in her great book My Beauty Mark, I can’t count the number of times that I’ve been told « but you look so mcuh prettier/younger without all this », and I agree, except that I couldn’t care less, because I’m not interested in being pretty, but in being strange, différent, and above all in pleasing myself by indulging in this artistry.

Il y a bientôt dix ans de cela, le sujet que j’avais choisi à l’origine pour mon mémoire était la contrainte du corps féminin au XIXème siècle, et puis cela s’est étendu à la contrainte sur la femme tout court, que ce soit par la société, l’art, la médecine, la loi, ect…Donc l’histoire de la beauté, de l’artifice et de la « féminité », je connais ça littéralement par cœur, et c’est justement ce qui me conduit à explorer ces codes, en les détournant de leur but originel. Comme l’on dit à merveille @elsa_fabrega_art et @musa_de_lirio dans mon post instagram à ce sujet, le culte des apparences est une cage dont on est libre d’entrer et de sortir aujourd’hui, car il n’y a pas du tout la même dimension sociale. Et croyez-moi, je pense que tous ceux et celles qui comme moi aiment à ressembler à des créatures peuvent en témoigner, ce n’est pas un aimant de séduction, au contraire, c’est un repoussoir très efficace. Comme Dita Von Teese en témoigne dans son livre My Beauty Mark, je ne compte pas le nombre de fois où on m’a dit « tu es tellement plus jolie/jeune sans tout ça », et comme elle, je suis d’accord, mais je m’en fous complètement, car ce n’est pas être jolie qui m’intéresse, mais être étrange, différente, et surtout me faire plaisir à moi en m’amusant avec cet art.

***

As a conclusion, what’s very important in my testimony, is that it’s not there to show some sort of superiority. There is no better way of living with our own bodies, as long as this choice is personal and fulfilling. We are all free, considering each one’s history, values and tastes, of going our own ways, and I wish that we would do the effort of understand each other’s more, because there is a plurality of feminism (and yes, I’m speaking about both sexes as feminism has to concern both women and men), as much as there is a plurality of profiles. These past weeks, I have spoken with many feminists that felt ashamed of using the codes associated with feminity, even though thy had chose it, and it’s not normal. Wether it’s this subject or another, because honestly, there are much more vital and important topics, it’s essential that we should accept the differents ways of living our feminism.

Pour finir, ce qui est très important dans mon témoignage sur la beauté, c’est qu’il n’est pas là pour afficher une quelconque supériorité. Aucune façon de vivre son corps est meilleure qu’une autre, tant qu’elle résulte d’un choix personnel. Chacun/unes est libre, suivant son histoire, son background, ses valeurs, d’emprunter la voie qu’il/elle souhaite, et j’aimerais tant qu’on puisse vraiment se comprendre un peu plus, et être vraiment bienveillant/es les uns/unes envers les autres, car il y a une pluralité de féminismes (et oui, je bien parle des deux sexes, car le féminisme doit nécessairement concerner les deux genres), autant qu’il y a une pluralité de profils. Ce qui est important aujourd’hui ce n’est pas d’être féminine ou pas, c’est que notre corps nous appartienne, et qu’on en fasse ce qu’on veut. Mais la libération du corps ne doit pas devenir pour d’autres une pression. Alors que ce soit à ce sujet comme à tous les autres, car il y a des questions BIEN PLUS vitales, il est absolument essentiel que l’on puisse accepter les différentes façons de vivre son féminisme.


6 commentaires



  1. Rena dit :

    You look super amazing in this dress!
    xx from Bavaria/Germany, Rena
    http://www.dressedwithsoul.com

  2. NatGinger dit :

    Bonjour Louise
    Comme toujours (même si vous savez que cela fait peu de temps que je vous ai découverte), vous lire et vous voir est un plaisir!
     » Ce qui est important aujourd’hui ce n’est pas d’être féminine ou pas, c’est que notre corps nous appartienne, et qu’on en fasse ce qu’on veut »
    Voila, vous avez tout dit!
    Je vous embrasse!

  3. NatGinger dit :

    Bonjour Louise
    Mais j’ai laissé un message hier et il n’apparaît pas! Pourquoi, ce n’est pas la première fois que cela arrive d’ailleurs!
    C’était juste pour dire que j’avais beaucoup aimé votre texte, bien écrit et intéressant comme à votre habitude, bien que cela fasse peu de temps que je connais votre blog! Et qu’avec cette phrase « Ce qui est important aujourd’hui ce n’est pas d’être féminine ou pas, c’est que notre corps nous appartienne, et qu’on en fasse ce qu’on veut » vous avez tout dit!

  4. tony dit :

    Comme toujours (même si vous savez que cela fait peu de temps que

  5. tonyyork dit :

    et qu’on en fasse ce qu’on veut » vous avez tout dit!

  6. […] does not preclude dressing in a way typically perceived as feminine (in French and English): Le féminisme, la féminité et moi. I already talked about the subversive power of pink here – The Pink Post: Instrumental and […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to top