Le Reflet de l’Âme

23 juillet 2017

Fashion | Life | Looks | Paris

TIP: Cliquez sur une image pour l'afficher en entier (version responsive). Vous pouvez ensuite faire défiler les photos avec les touches ← et → du clavier ou en cliquant sur les flèches apparaissant au survol de l'image.

Pictures by Gabrielle Malewski

Lorsque je travaille avec Gabrielle, je suis soufflée par la véracité qui se dégage de ses portraits, une justesse qu’elle sublime par la puissance de son œil d’artiste, sans tomber toutefois dans l’emphase, avec l’approche d’un préraphaélite face à la nature, « rejecting nothing, selecting nothing, and scorning nothing » (John Ruskin). Il me semble en découvrant ces photos déceler l’empreinte du visage que j’aurais dans dix ans, et ce malgré les déformations de ces fards qui font depuis longtemps partie de moi, car ma vision de la beauté se veut irrémédiablement intellectualisée, travaillée et construite par la science des pinceaux. Il y a quelques années, mon visage a changé, s’est creusé, ma vie pour la première fois a commencé à s’y imprimer et ce changement a été aussi brutal que mal vécu. Il faut dire qu’à l’époque, mes lecteurs n’étaient pas toujours tendres, et même ma grand-mère me trouvait la mine « défaite ». Depuis, deux choses ont changé : d’une part j’ai découvert l’efficacité d’un bon anticernes (Kat von D, NARS, Bobbi Brown…), et d’autre part, j’ai grandi. A l’approche de mes trente ans, je n’ai jamais été aussi confortable face à ma propre apparence, et j’ai découvert que l’acceptation de soi était le plus beau des artifices. Jamais le visage n’a autant été pour moi le reflet de l’âme, de ses tourments, de ses passions, de l’infinie nébuleuse de joyaux culturels qui viennent en sertir le matériau brut et en perpétuelle évolution.

Dress : Fête Impériale / Shoes : Jonak Paris / Sunglasses : Emmanuelle Kahn / Bag : l »Occitane / Necklace : Kazelle Paris / Hat : H&M ( a while ago)

Nous avons profité de cette après-midi solaire pour venir découvrir le salon de thé Nina’s, qui me faisait de l’oeil depuis bien longtemps mais que je n’avais alors pas encore eu l’occasion de tester. Depuis le film de Sofia Coppola, on a fortement tendance à associer Ladurée à Marie-Antoinette, pourtant en réalité, c’est du coté de la maison Nina’s -qui existe depuis 1672 sous le nom Distilleries Frères- qu’est à chercher le fournisseur de la reine mal-aimée du peuple français. Bien que l’histoire de Nina’s remonte au Grand Siècle, c’est à la reine du Trianon qu’est entièrement dédié le salon de thé parisien (qui possède par ailleurs trois succursales japonaises !), on y trouve quelques impressionnantes reliques, comme une lettre manuscrite originale ou un buste, mais aussi une reproduction d’un soulier ainsi que de la célèbre robe immortalisée par la peintre Vigée Le-Brun. Étant depuis toujours passionnée par cette souveraine maudite mais ô combien raffinée, je m’y suis sentie dans mon élément le plus complet ! Outre le coté musée de poche doublé d’un sanctuaire aux couleurs poudrées, on y vient également pour la qualité des produits, car thés et gâteaux sont confectionnés à partir des fruits cultivés au sein du Potager du Roi à Versailles, ce qui est un gage de qualité non négligeable tant les variétés y sont sélectionnées avec soin…J’en fais ma nouvelle adresse de prédilection !

From Paris with Love,

Louise


4 commentaires



  1. Caroline dit :

    ❤️

  2. Estelle dit :

    Ta robe est superbe! J’adore la coupe. J’avais vu sur ton instagram ce café, j’essaierai d’y passer la prochaine fois que je viens à Paris

  3. Allie dit :

    Très bel article !

  4. Très bel article! Je me reconnais pas mal dans ton ressenti. Les photos sont vraiment superbes, tout comme toi! Ta tenue est très fraîche, très estivale, j’aime beaucoup :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to top