Roger & Gallet, Les Extraits de Cologne

18 septembre 2017

Beauté | Collaborations | Inspirations | Looks | Shootings

TIP: Cliquez sur une image pour l'afficher en entier (version responsive). Vous pouvez ensuite faire défiler les photos avec les touches ← et → du clavier ou en cliquant sur les flèches apparaissant au survol de l'image.

Photos par Sarah Balhadere, excepté les photos de décor et les natures mortes.

Après l’aventure Aura Mirabilis, j’ai eu l’occasion de travailler à nouveau avec la maison Roger & Gallet, lors du tournage de leur campagne publicitaire pour la gamme inédite des Extraits de Cologne. Depuis les nombreuses années que je tiens ce blog, il m’a été donné de collaborer avec des marques formidables dont les univers assurément me plaisaient, et des relations durables se  sont ainsi installées, mais rarement ai-je eu l’opportunité de travailler pour une marque dont l’image me correspondait aussi précisément. Nulle langue de bois ici, il suffit de regarder les photos de cet article pour comprendre à quel point la direction artistique mise en place par Roger & Gallet ces derniers mois est un condensé de tout ce qui me plaît, c’est même un idéal ce que j’aimerais réaliser dans mes rêves les plus fous ! J’avais déjà été bluffée par le décor imaginé pour Aura Mirabilis, la qualité et l’innovation de ces produits, mais aussi, point qui fait mouche chez moi, par le fait que cette gamme s’appuie en profondeur sur un riche patrimoine historique. En somme, une inspiration fortement passéiste mais des produits tournés vers l’avenir, c’est exactement mon crédo ! Vous savez comme je déplore le règne écrasant du minimalisme, l’uniformité qui domine les réseaux sociaux, aussi quand je vois cet univers XVIIIème moderne affiché sans complexe par Roger & Gallet, cela me donne encore plus envie de croire en cette esthétique que j’ai moi aussi adopté.

Le tournage se déroulait dans l’extraordinaire Hôtel de la Salle, un joyau XVIIIème situé en plein cœur de Saint-Germain-des-Prés, et que la marque avait littéralement envahi l’espace de quelques jours. C’était impressionnant, le tournage à lui seul occupait des dizaines de pièces réparties sur deux étages, cent personnes étaient affairées ça et là à de diverses tâches, cela donnait l’impression d’être au sein d’une fourmilière des plus actives ! J’avais peur de me sentir de trop dans ce décor qui se voulait perpétuellement en mouvement, mais c’était trop beau pour y résister ne serait-ce qu’une seconde. Alors, je me suis faufilée avec mon appareil photo pour tenter d’en capter la magie, et je n’ai pas résisté au plaisir de prendre à mon tour la pose dans ce décor digne du Marie-Antoinette de Sofia Coppola, l’une de mes références ultimes vous l’aurez compris. A propos de ce film, je vous invite à regarder les vidéos ou photos publicitaires de la campagne Extrait de Cologne, car j’ai failli faire une syncope en découvrant les mini marquises en perruques poudrées et tenues pastel qui incarnaient sur le plateau les égéries de ces fragrances; couplé au décor à tomber par terre, cela m’a donné l’impression étrange mais grisante d’être plongée dans l’imaginaire idéal de Louise Ebel !

Dans la mise en scène bucolique imaginée non loin des plateaux de tournage par la blogueuse Atelier d’Al, j’ai pu me remettre de mes émotions quelques instants, le temps de découvrir de manière plus intimiste ces fameux Extraits de Cologne, dont les flacons sont à tomber ! On y retrouve toute la délicatesse du goût XVIIIème avec ses couleurs tendres et ses rubans de gros grains, mais en version épurée, destinée non à Marie-Antoinette (quoique je pense qu’elle les aurait beaucoup aimé, car comme je vous en parlais dans le dernier article elle affectionnait les parfums de Jean-Marie Farina) mais à une femme ou un homme moderne, car oui certains de ces parfums sont unisexes ! Avant de vous parler de leur histoire et de leur composition, arrêtons-nous un moment pour contempler leur franche joliesse, quelle délicatesse dans ce design et ces teintes ! Un exemple parfait de ce fameux goût Trianon que j’affectionne tant, qui sublime des éléments simple et issus de la nature par de superbes matières, et dans des tons clairs et lumineux.

Avec un si beau panorama d’influences chères à mon cœur, mon bonheur aurait pu être complet, mais cela ne s’arrêtait pas là, car, cerise sur le gâteau, cette gamme d’Extraits de Cologne fait référence à l’époque bénie des Incroyables et des Merveilleuses, cette jeunesse dorée qui régna avec grâce et excentricité sur le Paris post-révolutionnaire. Ce sujet, bien entendu, me fascine, et c’est de plus un style que je porte haut dans le panthéon des époques qui m’inspirent, d’ailleurs, c’est même la troisième fois que je lui rend hommage ici ! Ainsi, quand Roger & Gallet m’ont proposé d’incarner une Merveilleuse pour de ce tournage, ma réponse était immédiate : « no problemo, j’ai déjà tout ce qu’il faut ! ».  A force, je vais finir par enfiler mon costume de Merveilleuse avec autant de rapidité que Superman sa combinaison ! Mais, comment aurais-je pu ne pas tomber folle amoureuse de ces ondoyantes robes blanches relevées par la douceur des rubans de satins et des diadèmes empanachés, par l’éclat des perles et des camées à l’antique, par la grâce impudique des voiles de mousseline diaphane ? Les merveilleuses portent bien leur nom, et la fugacité de ce style fantaisiste et hautement sensuel n’en ajoute que plus de magie. Quand aux Incroyables, il s’agit pour moi du style masculin le plus séduisant, d’ailleurs ce n’est pas par hasard qu’il fut repris et transformé par les dandies du Londres psychédélique des 60s, hommes de goût comme on le sait.

Cette inspiration Directoire n’est pas seulement un effet de style, et c’est là toute la richesse de Roger & Gallet, leur patrimoine est profondément ancré dans l’histoire, ainsi l’Eau de Cologne de Jean-Marie Farina (dont la marque a hérité de la recette) était abondamment portée par les Incroyables et les Merveilleuses. A chaque Extrait de Cologne correspond son égérie de l’époque, et j’ai pu y retrouver avec délice les noms familiers des reines du Paris 1790-1810 : Thérésa Tallien, la mythique Notre-Dame-de-Thermidor, Désirée Clary, qui fut un temps fiancée à Napoléon et finit sa vie en souveraine de la Suède, et bien sûr Pauline Borghese, sœur du célèbre « Buonaparte » dont la beauté de marbre immortalisée par Canova reste encore célèbre.

Le set était littéralement couvert de fleurs, c’était un vrai bonheur à voir ! Cette obsession florale fait sans doute écho à la composition des parfums qui, à l’instar des produits de la gamme Aura Mirabilis, sont faits à partir de 90% d’ingrédients d’origine naturelle, un petit plus non négligeable à l’heure où le synthétique domine encore largement le marché.

Pour ce shooting, je devais choisir un des Extraits de Cologne et le personnifier, et, parmi toutes ceux proposées, je me suis bien entendue tournée vers la Tubéreuse Hédonie, car, d’une part le titre est fantastique, et, d’autre part je suis une fanatique de la tubéreuse, fleur décadente et entêtante par excellence, qui règne en maître dans ce sillage qui sait en présente une interprétation dénuée de lourdeur, toute empreinte de la vénusté d’une gracieuse merveilleuse…

Autre séance photo improvisée à l’étage, où le décor était lui aussi à tomber ! En m’extasiant sur les objets anciens positionnés avec soin par les décorateurs, je me suis dit combien j’aimerais moi aussi faire ce métier car, qu’il y a t’il de plus beau que l’action de mettre en réalité les rêves ? Et avec autant de goût ! Cette journée et cet univers étaient à l’image d’une peinture de Boucher ou de Fragonard, un monde dont la splendeur se veut non pas écrasante, mais gracieuse, empreinte de tendresse et de détails charmants, ce que reflète à la perfection la nouvelle identité visuelle de Roger & Gallet. Je ne cesserais de le crier sur les toits, mais pourquoi m’empêcherais-je d’être sincèrement enthousiaste, j’adore !!  Rarement une campagne a autant fait écho à mes propres obsessions stylistiques, que j’ai retrouvé ici magnifiées, portées à leur plus belle expression.

Revoici les délicieux flacons en situation chez moi ! Bien que je n’ai pas un aussi joli écrin rococo à leur offrir que celui du tournage, je trouve qu’ils prennent une bien charmante tournure dans mon petit boudoir maison n’est-ce pas ? J’ai même décidé de les laisser tels quels après avoir photographié cette nature morte, car ils sont trop beaux pour ne pas occuper une place maîtresse dans mon intérieur. Bien que je sois une grande adepte des parfums capiteux, j’aime aussi paradoxalement les eaux légères empreinte d’une féminité subtile, de la même façon que je peux jouer à la femme fatale un jour, et me rêver en jeune fille champêtre le lendemain, c’est toute la magie du parfum, celle d’aider à créer un personnage ou de l’affirmer. Autre fantaisie, je me plais à les mélanger, un peu de Tubéreuse au creux poignets, une touche de Néroli derrière les genoux, une pointe de Verveine sur l’ourlet de ma robe…A l’image d’une élégante du Directoire !

Les Extraits de Cologne

En 100 ml (59 euros) ou 30 ml (29 euros)

Cassis Frénésie par Elise Bénat : Absolu de Bourgeon de Cassis, essence de Piment, infusion de Rose, essences de Géranium, Lavandin, Galbanium et Buchu.

Verveine Utopie par Juliette Karagueuzoglou : Essence de Verveine exotique, extrait de Gentiane, essences de Bois de Cèdre, Bois de Gaïac, Vétiver, Basilic et Absinthe.

Néroli Facétie par Fabrice Pellegrin : Essence de Néroli, absolu de Fleur d’Oranger, absolu d’Immortelle, essences de Cèdre, Petit Grain, graines d’Angéliques et Vétiver.

Thé Fantaisie par Alberto Morillas : Extrait de Thé Noir, résinoïde de Benjoin, essence de Santal, essences de Coriandre, Cardamome, Sauge Sclarée et Vetiver.

Tubéreuse Hédonie par Anne Flipo : Absolu de Tubéreuse, absolu de Jasmin, essence de Bergamote, essences de Poivre Rose, Néroli, et de graines de Céleri.

***

From Paris with Love,

Louise


0 commentaire



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to top