Mon Livre

22 novembre 2019

Books | Life | Textes

TIP: Cliquez sur une image pour l'afficher en entier (version responsive). Vous pouvez ensuite faire défiler les photos avec les touches ← et → du clavier ou en cliquant sur les flèches apparaissant au survol de l'image.

Avec tout ça j’ai oublié de parler de mon livre, sur lequel j’ai travaillé d’arrache-pied toute une année durant et qui est sorti le 17 octobre dernier aux éditions Favre.

250 pages et six portraits de femmes hors-normes dont les routes ont croisé la mienne au fil de mes lectures, et dont les histoires, hélas, se sont perdues dans le néant, et que je me suis par conséquent attachée à remettre dans la lumière. C’était mon rêve, il est devenu réalité, et je suis aujourd’hui fière de pouvoir me dire légitimement écrivaine…

« Elles se prénommaient Berthe, Henriette, Madeleine ou Geneviève, et on les disait excessives. Elles ont posé des bombes, tailladé des fourrures, organisés des messes noires et hanté parfois les asiles. Des salons cossus aux assommoirs de la Butte, ces six femmes ont jeté leur exubérance à la face du monde. Avec la violence de leur plume, elles ont déchiré le papier, avec leur excentricité, elles ont envoyé valser le qu’en-dira-t-on, et avec leurs caprices, qui tenaient presque de l’art, elles ont fait trembler les murs. Tantôt misérables, tantôt incroyables, ces femmes ont tutoyé les sommets. Elles y ont oscillé avec panache – et un peu de nihilisme – entre grandeur et décadence, en partageant une même soif de devenir, une même volupté du trop, et un même mépris pour l’ordre établi. En s’élevant contre une époque corsetée qui les maintenaient dans une incapacité, ces amazones ont été bien plus que des divas, elles ont été de véritables pionnières de la libération des femmes. Il est grand temps de remettre en lumière les destins flamboyants de ces électrons libres qui, seules mais armées de courage, ont ouvert la voie aux héroïnes de notre époque. »

Au sommaire :

Geneviève Lantelme, actrice superstar des années 1900, qui défraya la presse par son panache, ses colères, ses fulgurances et ses amours tumultueuses, mais aussi par sa mort tragique, ainsi que son curieux destin posthume. Son histoire n’a rien à envier aux meilleurs feuilletons policiers !

Henriette Maillat, épistolière de génie et muse malmenée de Joséphin Péladan, Jules Barbey d’Aurevilly et Joris-Karl Huysmans. Nulle autre que cette incroyable séductrice, qui manqua sa vocation d’écrivain, aura autant côtoyé la crème des écrivains fin de siècle, et en aura autant subi la cinglante misogynie.

Berthe de Courrière, autre muse de Joris-Karl Huysmans, mais aussi d’Auguste Clésinger, qui lui légua toute sa fortune, de Rémy de Gourmont, qu’elle lança, et d’Alfred Jarry, qui la vilipenda. Tour à tour qualifiée de nymphomane, de satanique et d’hystérique, cette éminence grise fut un membre clé des cercles littéraires et ésotériques, dont elle tira dans l’ombre les ficelles. À l’instar d’Henriette Maillat, son identité réelle reste encore prisonnière de ses avatars littéraires.

La baronne Deslandes, esthète et romancière à succès, qui fut l’une des plus excentriques créatures que la fin de siècle ait connu. Performeuse avant l’heure, elle fit de sa vie entière une création totale, et s’y employa tant et si bien, qu’elle en perdit l’intégralité de sa fortune. Sans elle, la marquise Casati n’aurait probablement jamais existé.

Minna Schrader, anarchiste, poète et modèle d’artiste, qui vécut comme personne la vie de bohème, au point d’en avoir inspiré pas moins de trois romans, avant de disparaître dans les méandres des hôpitaux psychiatriques, où elle passa les trente dernières années de son existence. Jusqu’à ce jour, aucun historien ne savait ce qu’elle était devenue.

Gisèle d’Estoc, anarchiste, duelliste, romancière et sculptrice, cette amazone en costume d’homme, bisexuelle et insoumise, fut l’une des premières à détruire les limites du genre, et à militer pour la libération des femmes.

***

Vous pouvez le trouver en librairie, sur le site de l’éditeur, sur la Fnac et même Amazon.

D’avance, merci à tous pour votre soutien.

Louise


3 commentaires



  1. Norma dit :

    Bonjour Louise,
    Je viens de finir ton livre et je voulais te féliciter, j’ai adoré découvrir ces portraits de femmes passionnées. Bravo pour cette concrétisation!

  2. Jacinthe dit :

    J’ai déjà prévu de me le procurer

  3. Ondine dit :

    Merci à toi !
    Si l’on veut faire bouger la société il est nécessaire de (re)mettre en lumière des femmes – à ce sujet, je te conseille « Culottées » de Pénélope Bagieu.
    J’espère que ton livre va connaitre le succès !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to top