Photographie Preraphaelite.

10 avril 2011

Art | Musées


Une petite chronique des expositions que j’ai pu voir récemment. Il y en a tellement en ce moment, c’est de la folie, mais je suis loin de m’en plaindre. La semaine dernière, j’ai profité d’une après-midi libre et d’une journée ensoleillée pour aller voir deux belles expositions, aux thèmes plutôt évocateurs. La semaine prochaine, je vous parlerais de l’exposition Jardins Romantiques, au Musée de la Vie Romantique.

Julia Margaret Cameron, Mariana (1875).

Henry Peach Robinson, Mariana (1857-58).

John Everett Millais, Mariana (1863).

Le musée d’Orsay propose une présentation de la photographie anglaise du milieu du XIXème siècle, et de ses liens avec le courant préraphaélite. Le sujet m’avait déjà fait baver dans le programme d’Orsay, notamment pour la présence du portrait de Jane Morris « The Blue Silk Dress » (1868) par son pygmalion Dante Gabriel Rossetti, qui à lui seul vaut la visite de cette exposition. Ce qui me plait particulièrement à Orsay, c’est le soin particulier apporté aux teintes des salles, c’est peut-être très superficiel, mais j’ai trouvé que le bleu canard faisait ressortir à merveille la splendeur et les éclatantes couleurs des tableaux présentés.

Dante Gabriel Rossetti, The Blue Silk Dress (1868).

Dante Gabriel Rossetti et John Parsons, Jane Morris assise sur un divan, de trois-quarts (1865).

Une première salle est consacrée à l’influence du critique John Ruskin dans l’intérêt croissant apporté à la nature au milieu du XIXème siècle, qui va profondément marquer le groupe naissant des préraphaélites. Ils en adoptent la devise « aller à la nature, en toute simplicité de coeur, sans rien rejeter, sans rien mépriser, sans rien choisir. » Au même moment la photographie se développe, grâce à l’invention du négatif sur verre vers 1850. Pour les peintres comme pour les photographes, la nature devient un champ d’observation et de création à part entière.

Julia Margaret Cameron, Sadness (1864).

Julia Margaret Cameron, Sunflower (1866-70). Avec Alice Liddel, qui inspira l’Alice in Wonderland de Lewis Carroll, que l’on découvre aussi photographe dans cette exposition, il a notamment réalisé des portraits de Rossetti.

Julia Margaret Cameron, Pomona (1872).

Julia Margaret Cameron, Maud – The Passion Flower at the Gate (v. 1870).

Les autres salles explorent la relation entre portrait peint et portrait photographique, on y découvre une influence mutuelle. J’ai aimé voir les portraits de Jane Morris, la ressemblance avec les tableaux de Rossetti est frappante et émouvante, mais j’ai regretté l’absence d’Elizabeth Siddal (dont on conserve malheureusement qu’un nombre microscopique de photos). Bien que la photographie, au temps de pose très long, ne fasse pas l’unianimité pour les portraits, elle devient un champ d’experimentation. Certains artistes comme George Frederic Watts utilisent des compositions tirées de photographies, et inversement. J’y ai fait une découvert merveilleuse avec le travail de Julia Margaret Cameron, et ses mises en scènes poétiques et mélancoliques, qui possèdent la densité humaine qui fait parfois défaut aux tableaux préraphélites. De son propre aveu, elle souhaitait « anoblir la photographie et l’inscrire dans les beaux-arts ». On y voit une annonce du courant pictorialiste, apparu dans les années 1880, représenté ici par quelques oeuvres d’Henry Peach Robinson, pionnier du mouvement.

Henry Peach Robinson, Fading away (1858).

Henry Peach Robinson, The Lady of Shalott (1861).


26 commentaires



  1. Maya dit :

    JE’AME Lady of Shalott IMAGE

  2. Flo dit :

    Bonjour Louise,
    c’est la première fois que je commente même si je suis ton blog depuis quelque temps déjà. Ces photos sont sublimes et cette exposition a l’air magnifique. Si cela t’intéresse il existe un petit livre chez Taschen sur Lewis Carroll photographe, qui est passionnant et qui explique très bien les méthodes de photographie à cette époque.
    Bonne continuation, ton blog est superbe :)
    Bise
    http://foliesflo.blogspot.com/

  3. The Blue Silk Dress is very beautiful. Also like Sunflower! I love your report, it’s educational.

  4. Louise dit :

    J’aime beaucoup la photographie de cette époque, la lumière, les vêtements, le noir et blanc ou le sépia, c’est passionant et ça donne pas mal d’idée !

  5. Tristana dit :

    I love monochrome photos, they take me away to mysterious ages I’ve never been to…

    http://moitristana.com/

  6. Chloe. dit :

    So inspiring:)

    littlefashiontheories.blogspot.com/

  7. SoapyMermaid dit :

    Mercimercimerci de faire partager un peu de ces belles expos parisiennes (j’adore les préraphaélites..) aux provinciales rurales dont je fais partie et qui n’ont hélas pas accès à de tels événements culturels.

  8. Fa dit :

    super cet article ! on apprend beaucoup de chose…c’est ce que j’aime ici..toujours un rapport « artistique » ;)

    http://fasenmele.blogspot.com

  9. Letizia dit :

    Ah, je ne savais pas qu’il y avait une telle exposition en ce moment! J’adore Julia Margaret Cameron, elle a été partiellement oubliée dans l’histoire avant que sa petite niece, Virginia Woolf, rappelle sa contribution au monde de l’art. Robinson et Lewis Carroll notamment lui ont cassé allègrement du sucre sur le dos du fait de son utilisation de la profondeur de champ restreinte, à l’epoque ou on pensait justement qu’il fallait tout montrer et que le bokeh (flou artistique) n’etait qu’une erreur d’ouverture :/ Elle l’utilisait pour accentuer les emotions car pour l’elle, l’emotion justement était l’ingrédient essentiel d’une oeuvre d’art. Une grande dame.
    D’ailleurs, tu devrais te pencher sur leur (Robinson et Cameron) maitre, Oscar Gustave Rejlander, ça devrait te plaire.
    J’aime bien le pictorialisme mais plutot l’ecole americaine avec Stieglitz et Steichen…
    En tout cas, c’etait un article qui permet de commencer le dimanche du bon pied, merci. :D

  10. Je suis contente que tu continues cette rubrique culture/art. Comme ça, je me coucherai moins bête ce soir !
    Tu m’as vraiment donné envie d’aller voir cette exposition à Orsay ! Sinon, Odilon Redon ets une exposition que j’irai voir aussi (et le plus vite possible avant que le soleil me décourage d’aller m’enfermer dans un musée, ahah)

  11. Moh dit :

    oooh cette exposition ce ne serait pas « une balade d’amour et de mort »? Je veux aller voir cette expo, tu ravives mon envie :)

    J’adore les préraphaélites…c’est tellement fins et beaux…

  12. Sarah dit :

    Beautiful.

    x
    Sarah

  13. Psyché dit :

    En voyant cette exposition j’ai trouvé que la photographie rendait le XIXème banal, qu’il le désacralisait (à mes yeux) comparé aux peintures. C’est assez étonnant. La composition, la palette et la couleur des tableaux me plongeaient dans un univers féérique et impalpable, alors que les photos rendaient les choses réelles. C’est bizarre. Mais sinon c’est intéressant de voir les débuts de la photo et le parti pris pré-raphaélite. Les photos sont belles, inspirantes, et contrairement à l’expo Manet, il y a très peu de monde. =D

  14. thaïs dit :

    Rien a voir avec cet article, mais en regardant les photos de Fanny Latour-Lambert (que je suis, aussi, depuis quelques mois) je suis tombée sur les photos de sa série « Nahual » et j’ai été très étonnée de te voir comme modèle (bien qu’a bien y réfléchir ça peut pas être si bizarre que ça étant donnée qu’elle photographie et que tu pose). Enfin bref, les photos sont magnifiques (comme souvent pour celles de Fanny Latour-Lambert) et tu rend merveilleusement bien! Bravo à vous deux!

  15. by louisa dit :

    ces photos sont superbes ,merci de les partager.lady of Shalott est juste sublime.J’ai hâte de voir cette expo.et celle sur madame Grès aussi.

  16. Lyly June dit :

    La prof de mon cours Art et Société au 19e (je suis en M1 anglais) nous a conseillé exactement cette expo de photographies. d’ailleurs j’ai pas mal pensé à toi quand on est arrivé au préraphaélites et que j’ai fait mon exposé sur Millais ;)

  17. Joy dit :

    So strange and intriguing. You expect to see this in paintings but no it’s all in photos – it was real, it really happened.

  18. clotilde dit :

    coucou louise, je travaille cette année a Londres au Victoria and Albert Museum, juste pour te signaler que s’y deroule en ce moment une expo appelée « cult of beauty » qui regroupe justement tout le mouvement esthétique, webb, Morris, Leighton, Moore, whisler, Dante gabriel Rosseti, mais aussi Wilde, Beardsley…. peinture, design costume et photographie, je crois que c’est la plus belle expo que j’ai vu cette année. elle se tient jusqu’au 17 juillet, je pense vraiment que tu devrais envisager le détour, elle semble regrouper tout ce que tu aimes. au passage, super blog que je suis assiduement, chaque soir ;)

  19. Katia dit :

    Thank you very much, it was very interesting

  20. Merci beaucoup pour ces photos, elles sont complètement captivantes, je pense allé voir cette expo, merci beaucoup! La « The Passion Flower at the Gate » me fascine.

  21. Thumbelina dit :

    La photo de Julia Margaret Cameron, Sadness (1864) est vraiment… je sais pas comment dire mais elle me fait quelque chose. Elle fait plus naturelle que les photos de l’époque, je n’avais jamais trouvé jusqu’ici de photos des années 1860-1890 qui me permette vraiment d’imaginer comment était la fille qui posait en vrai. Là, on dirait une fille « juste comme nous », c’est troublant… et elle doit être morte depuis plus de 100 ans… Merci de nous faire partager tout ça.

  22. Cécilou dit :

    J’adore ton blog, je trouve que ce n’est pas simplement de la mode, tu y parles aussi beaucoup de culture, d’art, cet article m’a beaucoup intéressé, il m’a donné envie d’aller voir l’expo :D

  23. Cette expo, je l’appréhendais autant que ce que je l’attendais …

    Quand je vais à une expo, j’aime être surprise par son contenu, sa mise en scène ; alors je ne lis rien avant. Et je n’ai pas été déçue ! Celle-ci a comblé -voire dépassé- mes attentes !

    Et comme toi je suis toujours impressionnée par leurs choix de coloris pour les murs ainsi que l’éclairage qui était tout aussi parfait …

    x x x
    -m-

  24. diane dit :

    Cette expo est tellement belle, et c’est tellement touchant de voir les tirages de ces photos qui nous hantaient depuis si longtemps…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to top