Singing In The Rain

04 janvier 2018

Fashion | Inspirations | Paris | Shootings

TIP: Cliquez sur une image pour l'afficher en entier (version responsive). Vous pouvez ensuite faire défiler les photos avec les touches ← et → du clavier ou en cliquant sur les flèches apparaissant au survol de l'image.

Pictures by Eugenie Michel 

Il m’est souvent difficile de choisir mes films favoris, car je les segmente par genre et époque plutôt que par ordre de préférence. Toutefois, un film s’est taillé depuis peu un part de roi dans mon cœur, il s’agit du mythique Singing in the Rain que je n’avais curieusement jamais vu jusqu’à il y a quelques mois de cela. Des années auparavant, une amie fan de cinéma en avait fait son grand favori devant tous, et j’en comprends aujourd’hui les raisons car, rarement une œuvre n’a à ce point réuni autant de scènes réjouissantes, de moments de bravoure qui ne tombent pas dans les excès de prétention, d’humour et de loufoqueries si charmantes qu’elles vous donneraient presque envie de pleurer. Ainsi, à la fin de la chanson titre, lorsqu’un Gene Kelly trempé jusqu’aux os par de factices déluges de pluie californienne répond avec une candeur désarmante à un policier interloque « Im dancin’….singin’ in the rain… »; c’est à la fois pour son petit haussement d’épaule, pour son regard bourré de malice, mais aussi pour la réalisation qu’à ce moment précis un instant iconique est en train de se créer, que tout cela me donne des frissons et même les larmes aux yeux. Et puis il y a Debbie Reynolds qui est si différente des actrices de l’époque avec son allure presque sixties avant l’heure, et, à contre courant, la beauté enchanteresse de Cyd Charisse et ses hypnotiques ondulations serpentines dans la fameuse scène de cabaret qui fut ajoutée a posteriori après que les producteurs aient visionné un Americain à Paris. Quand aux couleurs, cette symphonie acide et enjouée de couleurs primaires, mais aussi de jaune citron, vert anis ou violet vif est renversante, on y lit très bien l’inspiration future de Jacques Demy, qui fit d’ailleurs tourner Gene Kelly dans les Demoiselles de Rochefort. A vrai dire, ce film a été cent fois repris dans le cinéma moderne, l’intrigue de The Artist par exemple, et même certaines scènes, en sont toutes droit tirées, quand à LaLaLand, l’hommage est plus qu’appuyé…Mais je préfère pour ma part m’en tenir à l’original et j’ai d’ailleurs pris des places pour aller en voir sa version musical au Grand Palais cet hiver !

Coat : Tara Jarmon / Shoes : Roger Vivier / Jewels : Les Nereides / Knit : Parosh / Shorts : J.Crew

Inspirations

***

From Paris with Love,

Louise


6 commentaires



  1. Rena dit :

    Wonderful coat and adorable combo! Love also the pictures!
    With love from Bavaria/Germany, Rena
    http://www.dressedwithsoul.com

  2. Mitbrodt dit :

    These photos are so cute, I love your yellow coat
    xo
    http://www.laurajaneatelier.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to top