The Red Shoes

10 juillet 2017

Beauté | Fashion | Inspirations | Shootings

TIP: Cliquez sur une image pour l'afficher en entier (version responsive). Vous pouvez ensuite faire défiler les photos avec les touches ← et → du clavier ou en cliquant sur les flèches apparaissant au survol de l'image.

Pictures by Pauline Darley

Ma passion pour le ballet est aussi récente que foudroyante, cette rigoureuse discipline m’étant depuis peu apparue comme la plus belle forme d’expression artistique qui puisse être, au point que je regrette de ne pas l’avoir pratiquée dans mon enfance, bien que je sache pertinemment qu’alors j’aurais trouvé ça très ringard. Plus qu’une lubie, c’est une véritable volonté qui s’est installée en moi et qui ne me lâche plus; je souhaite commencer le plus tôt possible ce long apprentissage, mais je ne sais pas où, aussi vos conseils seront les bienvenus. Bien sûr, j’ai conscience de la dureté de la danse classique, mais je sais bien que Rome ne s’est pas faite en un jour, et quand à ma motivation sur la durée, elle tient dans cette affirmation : rien n’est plus beau pour moi que la construction de la perfection par la souffrance. En regardant des documentaires sur les ballerines, je suis fascinée par cet aspect, car j’ai toujours cru fermement en la beauté construite, fabriquée, en la grâce absolue issue d’un long et régulier travail. Après tout, souffrance physique mis à part, c’est une belle métaphore de ce que l’on créé tous sur les réseaux sociaux; nous autres influenceurs, nous paraissons flotter et virevolter sans effort…Alors je veux être ballerine, médiocre certes, mais ballerine tout de même.

The Red Shoes est un film culte pour les amateurs de ballet, sa fragilité et son caractère tragique me touchent particulièrement car je suis une assidue du drame ! Mais en voulant y rendre hommage par ces photos, j’ai pris conscience de la difficulté de la danse classique, et ce avant même d’avoir commencé, car mes poses que je rêvais délicates n’avaient hélas rien de gracieux, et je réalisai ainsi d’autant plus comme la moindre posture demande un contrôle millimétré du corps. Aussi, puisque je ne pouvais être prima ballerina ce jour-là, j’ai fait appel à d’autres images qui résidaient dans mon imaginaire visuel, sylphides décolorées un peu brisées et pas tout à fait pures, aux pupilles fatiguées striées de serpents rougeoyants, qui rejoignent dans le néant la cohorte des Mater Dolorosa de ce monde.

***

Top : H&M / Tutu and pink pointes : Repetto Paris / Tights : BeBaroque / Red pointes : from ebay

Make-up with Louboutin Beauty, red and black eyeliner, red Louboutin lipstick

Inspirations :

The Red Shoes (1948)

Courtney Love’s obsession with ballerinas

Marilyn’s famous tutu session with Milton Greene

***

From Paris with Love,

Louise


3 commentaires



  1. Estelle dit :

    Très jolies photos! Moi aussi j’adore cet univers, et si un jour j’ai plus de temps j’aimerais également prendre des cours (j’ai arrêté il y a dix ans et je regrette…)
    Je te souhaite d’y arriver !

  2. Thaïs dit :

    Très belle session photo qui me donne envie de regarder ce film!
    Je connais la maman d’une amie qui a repris la danse à plus de 40 ans! Je lui demanderai des conseils et essayerai de les publier ici ;-)
    Petite faute de passe simple au passage : je réalisa… ça sonne bien mais c’est « réalisai ». Belle continuation Louise!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to top