Une Touriste à Paris avec Flying Blue

05 février 2020

Collaborations | Life | Looks | Paris

TIP: Cliquez sur une image pour l'afficher en entier (version responsive). Vous pouvez ensuite faire défiler les photos avec les touches ← et → du clavier ou en cliquant sur les flèches apparaissant au survol de l'image.

Jouer à la touriste dans Paris, c’est quelque chose que je fais depuis toujours, et sans jamais m’en lasser. Grâce au blog, j’ai en effet pu découvrir foule de lieux insolites ou emblématiques, et bien que je ne fasse plus beaucoup de photos aujourd’hui, je veille à ne pas perdre cette curiosité naturelle qui m’anime depuis l’enfance. Parfois, il m’arrive ainsi de me programmer ce que j’appelle mes « journées de reine », qui consistent à déambuler, à pieds, de musées en jolis café. En somme, comme une touriste. Seulement, il est souvent difficile de trouver le temps de flâner, et c’est pourquoi j’étais ravie que Flying Blue me propose très exactement de participer à une journée découverte dans ma ville, en compagnie d’un autre influenceur. L’idée est géniale: faire découvrir à chacun son quartier, sa rive, puis dormir dans un superbe hôtel dans la rive opposée à la nôtre…Une journée de vacances, et cela sans passeport ni contrôles aériens ! Cette éxpérience, vous pouvez vous aussi y accéder grâce à Flying Blue, le programme de fidélité d’Air France et de KLM, qui permet comme vous le savez de cumuler des miles, et que vous pouvez ensuite additionner avec vos points récoltés dans les hôtels du groupe All, grâce programme Miles+Points qui permet de fusionner les deux.

Avec Frank, alias @cakeboyParis, pâtissier autodidacte formé en histoire de l’art et passionné de décoration, ainsi que d’esthétisme en général, la journée fut, vous l’imaginez, parfaite, tant nos univers se sont accordés à la perfection.

9h30, je retrouve Frank à l’hôtel Pullman. Difficile d’être plus près de la Tour Eiffel !

On commence en beauté avec ma façade Art Nouveau préférée, au 9 avenue Rapp, à deux pas de la Tour Eiffel.

Juste derrière, ce portail non moins fabuleux.

En-suite, direction le 7eme arrondissement, en passant bien sûr devant Ciné Images. Dommage que la Pagode, qui se situe dans la même rue, soit désormais fermée…

Nous avons déjà beaucoup marché (mais quel plaisir !) et il est temps de prendre une pause. Frank nous emmène au Coutume, un café d’inspiration australienne.

Il y a tant de musées Rive Gauche, difficile d’en choisir un…Mais en passant devant le musée Rodin,  notre hésitation se transforme en évidence : ce sera celui là et aucun autre ! Non seulement son écrin, l’hôtel Biron, est superbe, mais les œuvres du sculpteur à barbe rousse, qui l’habita de 1911 à 1917, y sont superbement exposées, baignées de lumière.

Plus encore que pour les œuvres de Rodin, véritables odes à la sensualité, ce sont pour celles de son élève et amante, Camille Claudel, que j’aime à venir ici.
Ce buste, réalisé par Rodin, m’émeut particulièrement car j’y reconnais la beauté atypique de la téméraire sculptrice.

Le Sakuntala et l’Age Mur, deux œuvres emblématiques et autobiographiques de Claudel, longtemps oubliées, et tirées de l’ombre dans la seconde moitié du XXeme siècle par une poignée de chercheurs passionnés.
J’aurais adoré pouvoir compter Camille parmi mes Excessives, mais, heureusement pour elle, justice lui avait déjà été largement rendue.

**

L’Age Mur me remue toujours, car cette femme qui est ici représentée, c’est Camille elle-même, impuissante et implorante face à un Rodin déjà engagé auprès de son amour de jeunesse Rose Beuret.

Grace à Frank, nous découvrons une maison exceptionnelle, celle du chocolatier Debauve et  Gallais, dont le fondateur, Sulpice Debauve, un pharmacien, eut l’idée d’enrober de chocolat des pastilles médicinales destinées à la reine Marie-Antoinette, afin que celle-ci les apprécie davantage. Il devint ainsi le chocolatier officiel de la cour de Versailles, et, plus tard, celui du premier consul Napoleon Bonaparte.

Nous sommes à Saint-Germain-des-Prés, et un déjeuner chez Lipp s’impose. Cette institution, fondée en 1880, a conservé ses panneaux de mosaïque, ainsi que de charmants clins d’œil à son âge d’or de la seconde moitié du XXeme siècle. L’ensemble est désuet, bourré de charme et d’atmosphère. Le service, en gants blancs, est parfait, et la chère y est aussi exquise qu’abondante.

J’avais très envie de faire un tour chez Assouline afin parcourir leurs livres-bijoux, mais hélas la librairie était fermée à cette heure.

Heureusement, l’Officine Buly se trouve à deux pas, et cela tombe bien, car Frank souhaitait justement m’y emmener. Tout ici me séduit, cette boutique est un trésor.


C’est au tour de Frank de me faire découvrir son quartier, la Rive Droite, et la première étape de son tour est pour le moins insolite. Il s’agit d’un coffee shop, le Boot, situé dans une ancienne cordonnerie. C’est minuscule, mais le café est divin.

Puis, direction les arcades de la place des Vosges, où se trouve l’entrée de l’hôtel de Sully, dont le jardin à la française, surplombé par un arbre centenaire, est un lieu idéal pour se reposer ou méditer. C’est un de mes spots photo favoris !

Autre institution pâtissière recommandée par Frank, la maison belge Meert, vieille de plusieurs siècles et bien connue pour ses gaufres.

Nous finissons cette journée de rois en beauté avec une visite du musée Cognacq-Jay, et sa fabuleuse collection d’art et de mobilier du XVIIIeme siècle. A l’image de cette époque, le musée est une merveille de finesse, c’est un lieu intimiste, souvent désert. En plus, il est gratuit !

Pour moi, l’expérience #delautrecote continue, puisque je dors ce soir à l’hôtel Boutet, une staycation qui me réjouit depuis quelques jours !

A deux pas de Bastille, le Boutet MGallery est une ancienne chocolaterie de la fin XIXeme (c’est décidément la thème du jour) transformée en établissement cinq étoiles. La façade est somptueuse…À l’intérieur, la deco joué la carte du minimalisme chic, avec accents rétro.

J’en profite pour parcourir ces petits guides adorables, édités pour chacune des rives à l’occasion de cette campagne.

Au revoir l’hôtel Boutet ! Merci infiniment à Flying Blue pour ces vingt-quatre heures de rêve dans ma ville, que je ne me lasserai jamais de découvrir et redécouvrir…

***

From Paris with Love,

Louise


3 commentaires



  1. J’adore Paris. N’y habitant pas, je suis toujours sous le charme quand je m’y arrête.
    Tes photos sont très belles !

  2. 15 Téhéran dit :

    Belle Lille en Meert…
    Meert dont on ne prononce pas le T est une institution Lilloise.

  3. Jessica dit :

    I’m so happy to see this post! I’m visiting Paris in a couple of months and have been trying to figure out what to see and do, so it’s lovely to see your recommendations.

Répondre à Douces effrontées Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to top